Cet article est le premier que j’écris en français : il y a des années que je ne le pratique plus, donc peut-être qu’il y aura des fautes. Si vous les retrouvez dans le texte, s’il-vous-plait
commentez ci-dessous. Merci bien à vous.

Pourquoi en français ? D’abord, parce-que c’est une petite nouveauté de ce blog: dans les prochains mois tous les articles seront traduits en anglais, en français et en espagnol. Mais je pense aussi qu’il vaut mieux que j’écrive cet article directement en français en hommage à Sébastien Roturier, que j’ai eu le plaisir de rencontrer à Amsterdam.

Sa petite boulangerie, Le Fournil de Sébastien, est un vrai coin de France dans le quartier du Stade Olympique. Il l’a ouverte en Juillet 2007, et en Août 2008 il a pris la décision d’ouvrir une autre boutique à Hilversum.

Il a appris la tradition boulangère de sa famille en France, et il a décidé de l’emporter aux Pays Bas, pays de son épouse Susan.

baguette

La baguette tradition française

En fait, il ne fait pas de produits néerlandais: les farines, les matières premières, les techniques, sont toutes différentes aux Pays-Bas, par rapport à celles utilisées en France.

broche

Le pain brioché nature

Pas d’additifs, pas de conservateurs, pas d’arômes artificielles. Seulement la farine pure de tradition française et le levain liquide. Ce qui fait la différence, c’est la technique et le temps: il faut 20 à 24 heures pour que les pâtes lèvent. Le résultat est un pain avec beaucoup d’arôme, de goût, facile à digérer.

sacristains

Les sacristains

Sébastien produit 25 types différents de pain et il y a une grande variété entre chaque produit: je vous conseille la baguette tradition française, bien sûr, et puis ses sacristains de pâte feuilleté, son pain brioché nature et ses madeleines. Ces deux derniers sont parfaits pour un petit-déjeuner ou un thé au saveur des choses simples.

madeleines

Les madeleines

 

“[…]un jour d’hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j’avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d’abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblaient avoir été moulées dans la valve rainurée d’une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse: ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel.”

[M. Proust – à la recherche du temps perdu]

 

Le Fournil de Sébastien
Olympiaplein, 119
1077 CW Amsterdam

Gijsbr. van Amstelstraat, 131
1214 AW Hilversum

Leave a Reply